Temoignage dun ex islamo gauchiste.pdf


Nom original: Temoignage dun ex islamo gauchiste.pdf
Auteur: Christophe Blanpied

Ce document au format PDF 1.5 a été généré par Microsoft® Word 2016, et a été envoyé sur catalogue-pdf.fr le 18/02/2021 à 14:31, depuis l'adresse IP 85.12.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 452 fois.
Taille du document: 543 Ko (2 pages).
Confidentialité: fichier public

Aperçu du document


Témoignage d’un ex-islamo-gauchiste
Jean-Paul – le prénom a été changé – nous a contacté hier sur le mail de notre
rédaction car il aimerait partager son soutien à la Ministre de l’enseignement
supérieur et de la recherche, Madame Vidal. Ancien étudiant d’une université
parisienne du 13ème arrondissement, converti dès sa première année d’étude par
ses enseignants à l’islamo-gauchisme, Jean-Paul souhaite témoigner en faveur
de l’enquête diligentée par la ministre « En Marche ! ».
Craignant le déferlement d’insultes opérées par l’intelligentsia germanopratine
et les apparatchiks maoïstes du CNRS s’il venait à s’exprimer sur les réseaux
sociaux, terrorisé par la « cancel » culture, c’est tout naturellement que notre
hebdomadaire lui a ouvert ses pages et lui permet d’exprimer une vérité que le
grand public ignore et que les cénacles obscurs des universitaires préfèrent taire.
« Je m’appelle Jean-Paul. Mais il y a quelques années, je me serai présenté à
vous sous mon nom de combattant islamo-gauchiste : Joseph Abdelkader. Pour
le comprendre, il faut que je vous raconte une petite partie de ma vie d’étudiant,
gangrénée par des enseignants pervers, maoïstes et islamisés.
Tout a commencé lors de mon premier cours d’histoire postcolonial. J’étais jeune
et idéaliste, je croyais encore que les femmes étaient nos égales et qu’elles
avaient les mêmes droits que les hommes, même si c’est vrai qu’elles font
souvent mieux la cuisine et les tâches ménagères. Mais dès les premières
minutes, mon professeur nous a littéralement retourné le cerveau. Selon lui, les
femmes noirs d’Afrique subsaharienne avaient elles aussi les mêmes droits que
les femmes françaises, autrement dit, elles avaient aussi le droit de choisir leurs
opinions, leurs préférences culturelles, leurs habitudes.
Derrière cette argumentaire séduisant se cachait en réalité l’hydre de Lerne.
En effet, son cours magistral terminé, il nous proposa de partager avec lui nos
adresses mails personnelles, afin, disait-il, de nous transmettre des documents
en rapport avec son cours. Enthousiasmés et subjugués par le charisme de ce
beau et fringuant chercheur, nous nous jetâmes sur cette occasion d’échanger
avec une personnalité charismatique et une figure d’autorité incontestable.
Hélas ! le piège se refermait sur moi. Après nous avoir envoyé quelques extraits
d’Edward Saïd, Hannah Arendt, Giorgio Agamben et Jacques Derrida, après avoir
invités les plus fragiles d’entre nous à des diners-débat dans son appartement

parisien, il me pris sous son aile et commença, ce que j’ignorais alors, à m’islamogauchiser !
Je fus de toutes les conférences, de tous les événements universitaires,
préparant l’œuvre grandiose de mon professeur dont le projet littéraire
consistait à fondre le Capital dans le Coran, ou plutôt le Coran dans le Capital en
suggérant que Daesh devait être vu comme la réaction légitime du peuple irakien
à l’ingérence impérialiste américaine Les femmes de l’état islamique devenaient
ainsi le modèle idéal-typique de la théorie postcoloniale. De victimes, mon
professeur me les fit voir en combattantes, luttant pied à pied contre l’hétéronormativité blanche et occidentale.
J’étais perdu, et lors d’une soirée-débat en huit clos présidée par Alain Badiou,
dont le sujet portait sur la manière la plus idoine de protéger l’international
pédophile et satanique, je résolus à changer de nom et à prendre les armes –
joseph Abdelkader était né.
Je ne m’étendrai pas plus avant sur toutes les choses horribles que les
universitaires, les enseignants de l’école normal supérieur et les chercheurs du
CNRS m’obligèrent à faire, mais sachez que même Eric Zemmour est loin, très
loin de la vérité.
Aujourd’hui et après plusieurs années de soins intensifs, consistant à visionner
durant des heures la série les chtis à hollywood, BFM Business, et les points
presses du gouvernement, je suis enfin guéri, j’ai retrouvé mon vrai prénom, et
je peux fièrement m’aligner sur la seule et unique idéologie républicaine : le
christiano-libéralisme.
J’espère de tout cœur que mon témoignage réussira à délier certaines langues
et donnera à notre ministre un peu de réconfort dans son travail courageux et
volontaire de lutter contre le complot islamo-gauchiste qui sévit dans nos
universités.
Au nom de nous tous, merci. »


Temoignage dun ex islamo gauchiste.pdf - page 1/2
Temoignage dun ex islamo gauchiste.pdf - page 2/2


Télécharger le fichier (PDF)

Temoignage dun ex islamo gauchiste.pdf (PDF, 543 Ko)

Télécharger
Formats alternatifs: ZIP